WWW#1 – A la Croisée des Chemins – Texte #1

Tisse et détisse

Texte original écrit par Ninefifteen

L’être humain est la fascinante somme de ce à quoi il ressemble, de son hérédité, de ses relations, de ses actes, de ce qu’il aime et de ce qu’il déteste, de ce qu’il ressent et de ce qui l’indiffère, de ce qu’il donne et reçoit.

Se greffent à cet ensemble les lieux qu’il a explorés, les événements qu’il a traversés, et le temps, aussi, le temps vécu, le temps passé, le temps perdu, le temps présent, le futur esquissé. L’être humain est une somme de rencontres, de regards, de mots, de caresses et de brisures, de sourires et de larmes.

Le temps, encore, y ajoute son grain de sel ; il lève le voile sur les leçons à retenir du passé, l’adoucit parfois, et guérit ses blessures, souvent. Un événement, une rencontre, sont enregistrés mille fois dans notre âme, sous les mille perceptions différentes que nous en offre le passage du temps.

Et l’une des sources de cette mixture déjà complexe — une autre étant : la Vie —, c’est notre aptitude à faire des choix.

Aptitude nécessaire qui trouve chaque jour une infinité d’occasions de se manifester, dans le détail aussi bien qu’à l’échelle du grand œuvre.

Du choix d’un café adapté à notre goût du jour va dépendre notre humeur pour les heures à venir.

Du choix d’une université vont dépendre les quelques années qui suivent.

Du choix qu’un autre fait pour nous — typiquement, un parent — vont dépendre des décennies, et accessoirement toute la construction de l’être.

Parfois il semble que la vie elle-même fasse des choix qui nous dépassent, se plaise à entrelacer certains chemins et à en faire diverger d’autres. Elle mène de front plusieurs versions de chacun de nous et leur fait vivre des choses différentes, écrivain suprême éprouvant plusieurs scenarii possibles.

Ainsi existe-t-il sans doute une version de toi, qui ne te ne sentirais pas née dans le mauvais corps, et une autre version de moi, qui aurait su t’aimer.

Et toi, sans doute existe-t-il une version que je n’aurais pas rencontrée trop tôt, et qui aurait su m’aimer.

Quant à toi, sans doute existe-t-il une version de moi avec qui une version de toi aurait pu se projeter.

Enfin, toi, j’espère de tout mon cœur qu’il existe une version de toi heureuse, épargnée par ce putain de cancer.

La vie expérimente, croise et décroise des fils, tisse et détisse des existences.

Pour chacune de vous quatre… quelque part, à la croisée de ces chemins que la vie dessine, il existe un autre moi, un autre toi… qui vivent heureux, parce qu’ils se sont trouvés.

————————————————————————–

1701160104E.

————————————————————————–

Thank you for reading!

If you want to read more on this theme, click here.

———————

Merci d’avoir lu ce texte!

Si vous voulez lire d’autres textes sur ce thème, cliquez ici.

————————————————————————–

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s