WWW #8 – Rêves, cauchemars – Texte #2

Cauchemar

Texte original écrit par Ninefifteen

Autour de moi, personne n’a
De visage,
Et rien n’a
De forme.

Tout est dilution,
Lambeaux de cendre mousseuse
Et tout se dérobe
A mon regard ;

Et dans ce rien pourtant résonne le Grand
Bruit.

Sa voix cherche
Ma chair pour la mâcher,
Et ses pas
Pourchassent l’ombre des miens.

Je peux courir mais l’air moite
Me retient, tenaille lascive
Qui me prépare à la
Cassure ;

Le Bruit approche,
Et les serres de poix
M’emprisonnent, exquise offrande,
Dans un cachot de satin.

Le Bruit s’abat, lourdeur dense et délétère ;
Il n’y a là rien d’humain, juste une esquisse
Sorte d’horreur gracieuse
Vierge de toute âme.

Et bien malgré moi j’engloutis
Toute la force du Bruit…
Je crache à pleins poumons la douleur,
Mais face à lui tout cri n’est que silence.

Le Bruit s’avance ou s’efface —
Balancier maudit, mouvant à perpétuité —
Et s’enlise à la fin entre écarlate et nacre,
Détritus de sa victoire.

Alors penchée sur moi l’arabesque enroule
Autour de mes bras nus ses longs doigts de craie ;
Je ne suis qu’une poupée qu’Il secoue,
Et de toutes ses canines, Il rit…

0308142038

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s