WWW#12 – Random words – Texte #2

Une Rencontre

Texte original par Ninefifteen

C’était un samedi après-midi. Le temps était exécrable sur la côte. Il soufflait un vent à vous glacer le corps et les embruns venaient vous fouetter le visage au rythme irrégulier des rafales. Évidemment il n’y avait personne pour s’aventurer dehors par un temps pareil.

Moi, au contraire, j’adorais cette ambiance. Le fracas des éléments me nourrissait.

Alors, tôt dans l’après-midi, j’avais rejoint mon salon de thé habituel pour y déguster une bonne part de diplomate — mon dessert préféré. Je m’y délectai un moment de la joyeuse chaleur du feu pétillant dans le poêle, de la saveur douce et sucrée de mon gâteau. Du calme de ce lieu intimiste à cette heure déserté.

Il me fallait prendre des forces avant d’aller sur la falaise toute proche m’enivrer de l’océan.

*

Des nuages noirs se bousculaient à l’horizon. Je me dis que le tonnerre ne tarderait pas à vrombir dans le lointain.

Tout au bord de la falaise, les yeux plissés à cause du vent, j’inspirais à pleins poumons l’haleine iodée de l’océan. Il se mit à pleuvoir.

J’en étais à me répéter à quel point cet instant était merveilleux quand je remarquai un point rouge à quelques mètres sur ma droite. C’était une jeune femme qui portait un t-shirt écarlate et un pantalon ample dont la toile blanche s’offrait au vent comme une voile.

Elle ne pouvait quand même pas rester dans ce froid vêtue aussi légèrement… Je m’approchai et elle se tourna vers moi, surprise. Il était évident qu’elle avait pleuré. D’ailleurs les larmes — ou la pluie — faisaient sur ses joues empourprées comme de la rosée sur le délicat pétale d’un coquelicot.

Quelque chose en moi vacilla à l’instant où mon regard se posa sur ses lèvres. Elles semblaient avoir oublié comment sourire.

— Vous ne devriez pas rester là sans vêtements chauds, articulai-je finalement. Vous pourriez tomber malade.

— Qu’est-ce que ça peut faire ? dit-elle en tournant les yeux vers l’océan. Ça ne fera de peine à personne.

Un léger voile enveloppait sa voix, lui donnant un timbre doux et feutré. Elle voulut avancer vers le faîte déchiqueté de la falaise et j’eus l’intuition qu’elle n’était pas venue là pour en repartir par la voie terrestre.

Sans réfléchir je lui saisis la main.

— Ne faites pas ça…

Elle s’arrêta et tourna légèrement son visage vers moi, peut-être surprise que j’aie deviné ses intentions.

— Laissez-moi vous offrir un thé, proposai-je. Vous pourriez me raconter votre histoire.

La pluie s’intensifiait. La jeune femme resta immobile un moment, puis accepta de me suivre.

*

Je la conduisis au salon de thé où j’avais mes habitudes. En nous voyant, la patronne s’empressa de nous installer près du poêle. Puis elle offrit une couverture, du thé et des sablés à ma nouvelle amie frigorifiée qui la remercia timidement, reconnaissante.

Puis son regard tomba sur un vase posé sur le comptoir. Un vase où s’épanouissaient une douzaine de roses.

Et elle se remit à pleurer.

Parmi ses sanglots je compris quelques bribes de son histoire. C’était une blessure amoureuse comme tant d’autres. Elle s’était éprise d’un mirage comme un écolier distrait tombe amoureux d’une passante aperçue par la fenêtre de sa classe. Jusqu’à ce que la lucidité vienne briser ce mirage, et emporte avec lui attentes, projets et espoirs.

Elle ne pouvait s’arrêter de pleurer et ses larmes commençaient à former un petit lac sur la table.

L’autre n’avait jamais vraiment eu de sentiments pour elle — mais à moi, il suffit de cette rencontre pour les faire éclore.

1604162350

Advertisements

2 thoughts on “WWW#12 – Random words – Texte #2

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s