WWW#18 – Forgive me – Texte #1

Forgive me

Texte original par Ninefifteen

Ça m’est tombé dessus sans que je m’y sois vraiment préparée, même si cela faisait un an que j’essayais d’envisager l’impensable. Et c’était d’une violence telle qu’une seule sensation m’habitait — l’étouffement. J’étais écrasée par cette montagne de souffrance, si dense, si compacte que je ne pouvais lutter contre elle. Chaque pas me coûtait, et l’air semblait vouloir déserter mes poumons — voilà ce qu’a été la lutte des premiers instants.

Je ne pouvais pas mettre de mots sur ce qui m’oppressait. Si quelque chose avait pu sortir de moi durant cette période, cela n’aurait été qu’un long et douloureux cri primal, qui serait parti du fond du cœur.

Pourtant déjà surnageait une pointe de culpabilité — que je n’arrivais pas alors à identifier comme telle.

Puis lentement j’ai pu retrouver la parole. J’ai mis des mots sur la douleur, j’ai mis des mots sur ton absence, sur l’abysse que ton départ a creusé dans ma vie. Ce faisant, j’ai pu discerner toutes les nuances de cette peine — détailler chaque facette de la croix que je dois désormais porter.

Les nuances, les mots ont rendu la réalité monstrueusement tangible. L’absurdité de ta mort a pris un sens concret, bien plus concret que la masse indistincte de souffrance qui s’était d’abord abattue sur moi.

Maintenant la douleur est un ensemble de petites choses qui me font mal avec une douce amertume — la nostalgie face aux souvenirs de toi, l’injustice de cette situation, l’angoisse de me sentir désormais seule face à l’univers. Attendre ton appel le jour de mon anniversaire en sachant bien qu’il ne viendra pas. Le désir irréaliste de te voir réapparaître un jour, rayonnante, comme si tout cela n’avait jamais eu lieu…

Et la culpabilité, aussi. C’est elle seulement qui me saisit de ses serres brûlantes quand je pense à ces trois mois d’hôpital où je t’ai à peine rendu visite. J’aurais dû tout quitter pour te rejoindre, rester à tes côtés chaque jour comme tout enfant digne de ce nom devrait le faire. A défaut — parce que ceux qui te connaissaient me disent que tu n’aurais pas voulu que je mette entre parenthèses ma vie en construction — j’aurais au moins pu t’appeler. Venir te voir plus souvent au lieu de passer mes week ends à entretenir mon petit égoïsme à travers diverses activités tellement plus futiles.

Je n’ai pas été là quand tu en avais le plus besoin. Je n’ai pas été digne de ton amour et je sais que cette certitude me hantera longtemps.

Il me reste de toi de beaux, précieux souvenirs, que je chéris d’autant plus qu’il n’y en aura plus jamais de nouveaux. De temps à autres l’amertume ou la colère surgissent et brièvement je me sens perdre pied…

Mais le plus douloureux sans doute, c’est cette culpabilité qui stagne au fond de mon cœur. Je n’ai pas été là quand il l’a fallu. Je n’ai pas été là pour te dire que je t’aimais.

Et je n’ai même pas eu le temps de te demander pardon.

2506160049

Advertisements

2 thoughts on “WWW#18 – Forgive me – Texte #1

  1. Très touchant…
    J’adore la méthode que tu as utilisé pour dévoiler les faits. On est dans le flou plus un détail apparaît au milieu d’une phrase. Il reste encore du flou puis un autre apparaît. C’est saccadé et très jouissif.
    J’ai même ressentit des frissons quand j’ai compris le destinataire du texte.
    C’est en y mettant les mots dessus, effectivement, que l’on peut passer à “autre chose”.
    Emouvant et très beau.

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s