WWW #37 – Out of Breath – Text #2

Départ différé

by B. 

Il la regardait au loin. Elle avait l’air pensive. L’esprit lourd, préoccupée par des tracas qui lui étaient bien étrangers.

***

Pendant des années, il l’avait vue sans la voir. Elle travaillait dans le restaurant qui se trouvait juste à côté de sa boite, celui où il allait chaque fois que l’occasion se présentait d’impressionner un client. Un établissement sans prétention qui ne payait pas de mine et n’amassait pas foule, mais dont chaque bouchée remplissait le cœur des convives en ravissant leurs papilles.

Deux mois plus tôt, lors d’un diner professionnel, elle s’était révélée à lui avec la rareté d’une apparition ordinaire dans un contexte familier. Elle avait décroché son téléphone lors de son service. Par ce geste, elle était sortie de l’anonymat qui l’avait caractérisée jusqu’à présent. Il n’avait pas pu s’empêcher de l’écouter dévoiler soudainement son intimité par bribes.

D’abord un peu gêné par cet excès d’observation à sens unique, il s’était retrouvé absorbé par son monde, l’intensité de ses sentiments, la force de son timbre de voix. Cette affirmation insoupçonnée lui apparaissait soudain comme une évidence. Elle s’en trouvait transformée en un être magnétique, et son regard ne pouvait s’en détacher.

Sans le savoir, celle qui s’était toujours fondue dans l’espace, en un instant de contraste avait capté son attention pour ne plus jamais la relâcher. Elle hantait ses jours et ses nuits. Il avait pris de l’avance sur les sentiments qu’il espérait qu’ils pourraient partager. Il savait que c’était à son tour à présent de créer les circonstances qui pourraient engager une réciprocité.

A chaque opportunité, il croisait son chemin et essayait d’échanger un regard, un sourire, pour créer un précédent, favoriser plus tard l’émergence d’un lien. Il n’allait plus manger dans le petit restaurant où elle travaillait, considérant que les prémisses de cette situation client/serveuse n’apporteraient pas l’équilibre qu’il souhaitait engager avec elle.

***

Il avait beau s’y pencher, il ne parvenait pas à générer de moment propice à une rencontre fortuite. Il la regardait au loin. Elle avait l’air pensive. L’esprit lourd, préoccupée par des tracas qui lui étaient bien étrangers. Elle marchait de l’autre côté de la rue. Elle semblait agitée. Quelque chose la tourmentait. Il la vit s’asseoir sur un banc, couvrir son visage de ses mains et sangloter.

Sans plus réfléchir, il s’avança jusqu’à elle et tenta de lui offrir ses mots. Seulement voilà, une fois arrivé, ceux-ci ne virent pas. Il se retrouva planté là, l’air béat devant celle qui habitait son silence.

Le souffle court entre deux sanglots, elle leva les yeux et sécha ses larmes. Surprise par cette intrusion, elle lui demanda ce qu’elle pouvait faire pour lui.

Toujours sans mots, il lui tendit un mouchoir et posa sa main sur son épaule pour tenter de combler le vide qu’elle ressentait l’espace d’une seconde.

Elle eu un léger mouvement de recul, qu’il n’avait pas anticipé.

Il prit congé et lui rendit son espace. Sans rien ajouter, il poursuivit son chemin.

Elle le regarda s’éloigner.

***

Les premiers dés étaient joués.

D’autres encore seraient jetés.

 

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s