Featured Challenge #5 – Rain – Texte #4

Sous la pluie

par Ninefifteen

Je suis sous la pluie, seule en rase campagne. Mes vêtements me font comme une seconde peau. Il fait nuit. Deux ou trois fois, j’ai entrevu des phares. Ils ne se sont pas arrêtés en passant à ma hauteur. Mais bon, je les comprends — je suis épuisée, d’assez mauvais poil, et il ne me reste pas un seul centimètre carré de sec. Je dois ressembler à une folle et sentir le vieux chien mouillé… Au loin le tonnerre gronde.

Le vent s’est levé et m’asperge de pluie par rafales. Je ne sais pas quelle heure il est, ni combien de kilomètres il me reste à faire. Je sais seulement où je vais et que j’y vais pour une bonne raison.

Quand j’ai évoqué mon dessein, personne ne m’a soutenue. Tous m’ont dit, encore, que j’étais dingue, qu’il devenait urgent de consulter. Ils ne comprennent pas que tu me manques. Qu’au début j’ai tâché de tenir debout sans toi, mais que peu à peu j’ai perdu l’envie de vivre, l’envie de tout. Je n’avais dans la tête que l’idée de te revoir, même si tout m’en empêchait. Tu es bien trop loin de moi pour que je puisse tenir, trop loin et tu ne peux même pas me rejoindre… Continue reading

Advertisements

Featured challenge #16 – Alternate realities – Texte #1

Bienvenue à la maison

Par Ninefifteen

Lire la partie précédente

Ayla avançait petit à petit sur le parcours imposé par le Léviathan. Elle avait dû résoudre une épreuve de réflexion, sortir d’un labyrinthe et même se battre contre une bête duveteuse dont elle ignorait le nom. Elle n’avait pas le caractère bagarreur de Fawn, mais elle avait fait une exception — elle s’était arrangée pour assommer la créature et passer aussi vite que possible à la plate-forme suivante.

Le vide la mettait toujours extrêmement mal à l’aise, mais les épreuves, la curiosité et surtout la nécessité absolue de retrouver Fawn l’aidaient à en faire abstraction. Elle suivait le chemin sans se poser trop de questions, espérant à chaque nouvelle étape apercevoir sa sœur. Mais lorsqu’elle se laissa glisser sur la sixième plate-forme en contrebas, un dilemme s’offrit à elle.

Pour la première fois, deux directions étaient accessibles. L’angoisse lui saisit le cœur — comment reconnaître à coup sûr celle qui la mènerait à sa sœur ? Continue reading

Featured Challenge #27 – Ghosts – Text #1

Ghosts

by Garry Vakarian

Department of Public Security, Homeland Surveillance Bureau.

MEMO 0025310117

Erased agents, a.ka Ghosts

A ghost is somebody or something that can move around and interact without being seen. However it can also be someone so insignificant to others that his/her actions go unnoticed. Both types are useful in our line of work, since they accomplish their task without public or media attention. In the bureau we call them Shadows rather than the official Erased Agent designation. The first kind uses it [the ability of being a ghost] to its advantage while the other is literally one, leaving nothing but an impression of déjà vu in people’s minds. Continue reading

WWW #37 – Out of Breath – Text #2

Départ différé

by B. 

Il la regardait au loin. Elle avait l’air pensive. L’esprit lourd, préoccupée par des tracas qui lui étaient bien étrangers.

***

Pendant des années, il l’avait vue sans la voir. Elle travaillait dans le restaurant qui se trouvait juste à côté de sa boite, celui où il allait chaque fois que l’occasion se présentait d’impressionner un client. Un établissement sans prétention qui ne payait pas de mine et n’amassait pas foule, mais dont chaque bouchée remplissait le cœur des convives en ravissant leurs papilles.

Deux mois plus tôt, lors d’un diner professionnel, elle s’était révélée à lui avec la rareté d’une apparition ordinaire dans un contexte familier. Elle avait décroché son téléphone lors de son service. Par ce geste, elle était sortie de l’anonymat qui l’avait caractérisée jusqu’à présent. Il n’avait pas pu s’empêcher de l’écouter dévoiler soudainement son intimité par bribes.

D’abord un peu gêné par cet excès d’observation à sens unique, il s’était retrouvé absorbé par son monde, l’intensité de ses sentiments, la force de son timbre de voix. Cette affirmation insoupçonnée lui apparaissait soudain comme une évidence. Elle s’en trouvait transformée en un être magnétique, et son regard ne pouvait s’en détacher.

Sans le savoir, celle qui s’était toujours fondue dans l’espace, en un instant de contraste avait capté son attention pour ne plus jamais la relâcher. Elle hantait ses jours et ses nuits. Il avait pris de l’avance sur les sentiments qu’il espérait qu’ils pourraient partager. Il savait que c’était à son tour à présent de créer les circonstances qui pourraient engager une réciprocité. Continue reading

WWW #35 – Slipped – Texte #3

Déjà vu

par Ninefifteen

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été hantée par le même cauchemar. Le genre d’histoire récurrente qui vous colle à la peau comme une créature poisseuse engluée à votre dos, vous accompagnant partout, silencieuse et invisible… et dont personne ne peut soupçonner l’existence.

Créature qui se révèle à la nuit tombée, lorsque, malgré la peur de vous endormir et faire ce cauchemar, vous succombez à l’épuisement.

Le mien se présente sous la forme d’un couloir interminable dans lequel je cours éperdument, fuyant je ne sais qui ou quoi. Parfois ce couloir dispose de portes latérales — mais elles sont toujours verrouillées —, parfois même de fenêtres — rien à en tirer non plus. Je n’ai d’autre choix que d’aller tout droit.

Parfois l’entité qui me poursuit me rattrape — heureusement ou pas, je me réveille avant d’avoir une chance de l’apercevoir.

Parfois aussi, rarement, j’atteins le bout du couloir. Souvent une porte s’y trouve.

Mais elle ne s’ouvre jamais. Continue reading

WWW#33 – Deleted / Erased – Text #2

Purpose

by Hailie Andersen

Plodding down his daily route, he could feel the heaviness of boredom and solitude weighing on his limbs. Lately he had been contemplating his life and wondering how he had gotten there. Comparing his current situation to what his younger-self had projected his future could look like ten years ago. There was a world between there and then. Job – check. House – mmm… he owned a flat… semi-check. Athletic build – he exercised but was no model… semi-check again. Family – alien concept he still desired, but did not seem to have in him to construct. Wife – no girlfriend in ages. Marriage – felt more and more like a never-happening tale.

***

Keys turned in the lock. He walked in, and shed his coat and jacket in the lobby. Then he eyed his flat. Soulless, nude space, open lines, cold, empty walls, uplifted only by the view, and the grey light filtering through the high windows. The absence of decor mirrored the void he felt biting at his core. He needed something to counter its grasp, replace it with meaning, or deflect it with a placebo blend.

Instinctively, he sat down on his couch and switched on the TV. Hoping to be filled by others’ stories. Zapped from one channel to the next. Found nothing to his taste. He breathed in. The atmosphere was warm. Maybe too warm. He needed air. Fresh air. He got up, slid the glass door, and walked out on his balcony.

Dressed only in his classic, matt, silk shirt, he braved the negative temperature, resolutely. He looked out over the lake and to the horizon. He needed to feel something. Gushes of frozen winter wind slapped repeatedly at his skin. He could sense his body shrink and shiver in the cold. Still he stood there. Unwavering soul lost in his thoughts. His perspective felt blurred. He needed focus.

***

Johan knew he needed to act – turn his ways around, because they were not working. If he stayed there watching his life pass him by, he was aware he would disappear. Shrink into oblivion. Be deleted, erased. Leave nothing behind him upon his passing. Drown into the mass of loners out there. Continue reading